Otress Beach, l’autre Cambodge.

La vie ici, est une des plus relaxantes que nous ayons eues depuis notre départ.

mercredi 27 janvier 2010


Nous quittons demain le Cambodge par la Nationale 1, emportant avec nous trois mois de beaux et vibrants souvenirs. Les jours précédents, nous avions explorés les pistes du nord est, Ratanakiri et Mondulkiri. On termine cette virée fourbus et avec le réservoir d’eau percé, libérant 200 litres d’eau dans la cellule. On s’installe donc pour les travaux de réparation et pour se reposer. voir la galerie des travaux. Notre dernière étape à Sihanoukville fut reposante (sauf pour les travaux...), pendant le mois que nous y avons passé sur la plage d’Otress. Après avoir fait une demande de nouveau passeport à l’Ambassade de France à Phnom Penh, nous devions attendre un mois pour le recevoir.

C’est donc vers ce petit paradis que nous avons établi notre villégiature et sortie de la soute notre kayak.

Nous y avons là fait connaissance de Damien et Emilie en route depuis deux ans avec leur deux enfants dans un camping car. Une semaine durant, nous retrouvons une vie famille, kayac, château de sable, chasse au trésor et pastis en fin de journée, me replongent dans mes souvenirs d’avec mes enfants, lorsque nous descendions l’Ardèche en kayac. Que du bonheur !

La vie ici, est une des plus relaxantes que nous ayons eues depuis notre départ. La plage longue de deux kilomètres est pleine ouest, bordée de bungalows, avec quelques petites iles sur l’horizon. Chaque fin de journée à l’heure du cocktail, un décor style carte postale embrase l’horizon.

Le SunShine Café [1] est tenu par Monika (Polonaise) et Kem (Cambodgien). C’est l’endroit idéal pour y parquer le camion. Vraiment il n’y a pas plus hospitalier, surtout pour l’excellente cuisine Khmer que l’on y mange. Ne manquez pas d’aller vous reposer des routes du Cambodge avant de passer au Vietnam ou en Thailande.

Et le Cambodge dans tout ça ? Pour nos cadeaux de Noel, nous avions fait provisions de livres sur le pays, romans, chroniques journalistiques et historiques. Cette lecture est édifiante sur le passé encore pas si lointain, et le présent toujours aussi dramatique pour une grande partie de la population. Le sujet majeur de nos discussions avec Kem et sa famille porte sur la propriété foncière et la spoliation de la propriété, sans oublier la corruption. Je n’oserai même pas aller prendre des photos de ces dizaines de familles qui vivent à l’entrée de la plage. Ils ont été expulsés par un projet de grands hôtels de luxe qui n’a toujours pas vu le jour depuis des années. Les bâches plastiques et bambous qui leur servent d’abris me rappellent le bidonville de Gonder en Ethiopie. Cette embarcation même sielle fait sourire illustre bien cette pauvreté...

Une dernière petite anecdote : Je discute avec un cambodgien en attendant mon passeport. La corruption ? Je préfère payer un flic 1500 riels ou même 10 000 (2,5 $) et qu’il mette l’argent dans sa poche. En France ou j’ai séjourné, un flic m’a dressé une contravention de 90 euros pour la même infraction, et maintenant je suis "fiché" à vie. Alors vous savez la corruption... Voila de quoi réfléchir sur la puce que je viens de récolter dans mon passeport biométrique et qui me suivra maintenant partout...

En conclusion ? Le Cambodge est difficile à décrire tellement son passé est douloureux, il y est par contre tellement facile d’y vivre en voyage. On ne peut oublier le sourire de tous ceux que nous avons croisés, merci.

Carnet précédent

Notes

[1] SunShine Café, Sihanoukville, Otress Beach, 042828431 WP N10 34.193 E103 33.207 environ ! monika szyburska email : happymonnie@gmail.com

1 Message

  • Otress Beach, l’autre Cambodge.

    10 février 2010 17:01, par LucTaxi
    Bonjour de Luc et Sandrine rencontrés justement au Sunshine Café, le point de rassemblement des gastronomes ! Comme vous le dites, ce coin de paradis est attachant alors nous nous sommes prélassés plus longtemps que prévu, bercés par le rythme nonchalant et accueillant d’Otress. Et puis, il a bien fallu repartir, c’est alors que nous avons revu sur notre chemin Bucéphale, c’était à Battambang, à l’angle opposé du White Rose restaurant. Nous aurions été ravis de trinquer avec vous ou de partager notre repas ensemble comme à l’époque d’Otress mais le camion sonnait vide. A défaut, nous l’avons pris en photo et nous souhaitions vous la joindre mais ce n’est pas prévu par ce site. Tant pis nous la conservons précieusement et nous continuerons à vous suivre "virtuellement" sur internet à partir de St Raphael (et oui, nous venons de rentrer, le retour est "frileux") Bonne continuation à vous 2.
 
 

 

Accueil | Bucéphale expédition | Carnets de route de Bucéphale par pays. | Galeries photos par pays. | Dossier de presse | Conseils techniques pour préparer votre camion. | D’autres voyagent aussi en camion 4X4... | FAQ | Annonces
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0 | Plan du site | contact | informations légales | Crédits |SPIP